You are here

Back to top

Les ports ivoiriens veulent lever entraves à leur compétitivité

Les ports ivoiriens veulent lever entraves à leur compétitivité

LES PORTS IVOIRIENS VEULENT LEVER 
LES ENTRAVES A LEUR COMPETITIVITE 

Les  ports  ivoiriens  veulent  conserver  leur  place de ports de référence au niveau de la sous-région ouest africaine. Dans  ce  cadre,  un  séminaire  sur  le  thème  ‘’Les ports ivoiriens face aux défis de la compétitivité’’, a  été  organisé  du  14  au  16  décembre  2017  à Afrikland  Hôtel  de  Grand-Bassam,  sous  le  haut patronage  de  SEM  Amadou  GON  COULIBALY, Premier  ministre,  ministre  du  Budget  et  du Portefeuille de l’État, Chef du gouvernement. A l’ouverture de ce séminaire,  dans l’après-midi du 14 décembre 2017, le premier ministre a affiché les ambitions du Président de la République, SEM  Alassane  OUATTARA,  et  de  son  gouvernement  de  faire  des  ports  ivoiriens  des  hubs  sous régionaux.  Avant  de  procéder  à    l’ouverture officielle des assises, il a engagé les séminaristes à  des  réflexions  riches  et  approfondies,  afin  de faire  des  recommandations  qui    feront  de  ces poumons  économiques  de  la  Côte  d’Ivoire,  des ports leaders sur la Côte-Ouest Africaine. «  Nos attentes  par  rapport  aux  conclusions  de ce séminaire sont grandes, tant la compétitivité de  nos  deux  ports  est  aussi  un  gage  de  la compétitivité de l’économie nationale […] Les ports d’Abidjan et de San Pedro ont toujours été des piliers importants du développement économique de la Côte d’Ivoire et de la sous-région », s’est-t-il exprimé. Lors de son allocution, le ministre des Transports, M.  Amadou  KONÉ,    a  quant  à  lui  indiqué  que ce  séminaire  a  pour  objectif  de  jeter  les  bases de  la  durabilité  et  de  la  compétitivité  des  ports ivoiriens, qui constituent des maillons importants de  l’économie  ivoirienne.  Il  a  renchéri  en rappelant que ce séminaire est aussi et avant tout, « un cadre de rencontres et d’échanges entre tous les acteurs directs et indirects, des ports d’Abidjan et de San Pedro, afin  d’analyser leur situation et définir  des axes d’amélioration de leur compétitivité ». Intervenant au nom des ports d’Abidjan et de San Pedro,  le  Directeur  général  du  Port  Autonome d’Abidjan,  M.  Hien  Yacouba  SIÉ,  est  revenu  sur les entraves à la compétitivité des ports ivoiriens. Il    s’agit  entre  autres,    des  encombrements, engorgements,  lourdeurs  administratives, tracasseries routières, et des espaces portuaires restreints,  pour  ne  citer  que  celles-ci.    A  ce propos,  il  a  déclaré  ce  qui  suit  :  «  Concernant les  infrastructures  et  superstructures,  les ports  ivoiriens,  après  avoir  été  durant  des décennies  des  modèles,  ont  aujourd’hui perdu  leur  position  du  fait  d’un  manque d’investissements  de  renouvellement  et de  modernisation,  aux  fins   de  s’adapter  à l’évolution  de  l’industrie  maritime  en  terme de tirant d’eau et de longueur. La conséquence est que nos ports connaissent une congestion des  quais,  induisant  des  temps  d’attente  de navires “anormaux”, au regard des règles de l’Art.  Pour  ce  qui  est  de  la  performance  de la  plateforme  logistique,    le  port  d’Abidjan, plus que celui de San Pedro, subit fortement les  conséquences  de  l’interface  ville-port,  occasionnant  une  congestion  quasi permanente des voies de la zone portuaire ...Les coûts de passages portuaires, l’iceberg des récriminations, comparés à certains ports de la  sous-région,  se  révèlent  élevés  au  regard des services rendus ». Les  interventions  de  ces  personnalités  ont  été précédées  par  celle  du  maire  de  la  Commune de  Grand Bassam  M.  Jean-Philippe  EZALEY,  ville qui a accueilli ces assises. Il a remercié tous les officiels et les participants pour le choix porté sur la commune qu’il dirige, puis il a souhaité le bon déroulement des travaux. En prélude à la cérémonie d’ouverture, un exposé introductif animé par un expert dans le domaine maritime et portuaire, le Docteur YANN ALIX de la Fondation SEFACIL, a situé les participants sur les enjeux d’un tel séminaire à travers les difficultés rencontrées  par  les  ports  africains  en  général et  ivoiriens  en  particulier,  ainsi  que  les  pistes  à exploiter pour booster leur compétitivité. Après 72 heures de réflexion, ce sont au total 256 recommandations qui ont émané des réflexions des  séminaristes,  dont  36  recommandations majeures  pour  l’ensemble  des  six  (06) 
commissions. Les  actes  de  ce  séminaire  seront  reversés  à  la Commission Nationale de la Compétitivité et du Développement des ports Ivoiriens, présidée par le  ministre  des  Transports,  M.  Amadou  KONE, pour  le  suivi  de  leur  mise  en  œuvre  et  leur 
évaluation. M.  TEHA,  président  du  comité  scientifique  de ce séminaire, a dans son intervention lors de la cérémonie  de  clôture,  plaidé  pour  l’application effective des résolutions. Rassurant  les  séminaristes,  M.  SORO  Benjamin, Directeur de cabinet du ministre des Transports, a  rappelé  que  la  présence  du  Premier  Ministre lors de la cérémonie d’ouverture, était un signal fort, marquant la volonté ferme du gouvernement à  s’impliquer  dans  la  mise  en  œuvre  des recommandations issues de ce séminaire.
 
Des mesures fortes qui contribueront à n’en point douter,  à  servir  de  levier  à  la  compétitivité  des ports ivoiriens.

Serge KIMOU